#2

Maya Mihindou est une illustratrice et auteure à fleur de mots. Cette artiste franco-gabonaise se laisse guider par le dessin automatique, une technique qui libère l'empreinte que les images, les discours, les silences et les mémoires laissent continuellement sur notre inconscient. Un langage qui ignore les maladresses et n'emprisonne pas l'expression des êtres.

Exploratrice de la dualité d'une identité métisse, fluide et poreuse aux divisions propres à l'humanité, elle fait naître dans ses histoires des corps transpercés par une sensibilité commune. Des corps dont les armures ne résistent pas au monde qui les traverse. Maya Mihindou aborde également un autre univers, qui bouge en marge de tous les autres. Celui des femmes qui ont dû apprendre à rester en retrait, se taire, subir, s'adapter. Un univers varié, puissant, extrêmement précieux qui remonte à la surface des siècles après avoir été maintenu en vase clos. – Adama


Vous êtes une femme noire? Alors il y a de fortes chances qu’un morceau des artistes suivantes figure dans vos classiques: Brandy des années 90, Janet Jackson pendant et après la période Control, Sister Nancy et Ashanti — précisément en 2002. La musique connecte les expériences des femmes noires de la diaspora et ce n’est pas un hasard si notre sororité s’exprime naturellement sur la piste de danse.

Revisiter des classiques aussi importants devient donc un exercice périlleux, que les sélectionnés ont exécuté à la perfection. À la fin de l’été, ce sont les souvenirs et les playlists qui restent, autant bien les choisir. – Rhoda


La victoire olympique de Simone Manuel, 20 ans, le 14 août dernier au 100 mètres nage libre à Rio est historique. Et pas seulement parce qu'elle a obtenu une médaille d'or. Le fait qu'une Afro-Américaine remporte pour la première fois une épreuve individuelle de natation apparaît comme un symbole pour un pays qui a refusé aux Noirs l'accès aux piscines publiques et privées jusque dans les années 1970.

Alors que le stéréotype selon lequel les Noirs ne savent pas nager est toujours bien vivant dans les psychés, cet article de Fusion revient sur la douloureuse histoire des Afros-Américains et de la natation… aujourd'hui transcendée par l'éclatante victoire de Simone Manuel. - Mélanie Wanga


Esi est une femme Ghanéenne moderne. Épouse, mère mais par-dessus tout statisticienne, elle chérit sa carrière professionnelle au détriment de sa vie de famille. Face aux exigences élevées de son mari, elle décide de divorcer, revoit Ali, démarre avec lui une nouvelle relation et finit par accepter une union polygame. Dans la préface, Ama Ata Aidoo prétend ne vouloir engager « un quelconque débat, même actuel » mais ici, l’histoire est tout aussi importante que les débats inévitables qu’elle amorce: est-il possible pour une femme de préférer sa carrière à sa famille? est-elle vraiment libre de ses choix?

L’ancienne ministre de l’éducation parvient avec brio à raconter une histoire d’amour complexe tout en critiquant la condition des femmes dans la société ghanéenne contemporaine. À travers un ton percutant et un style acéré, AAA réalise une oeuvre magistrale qui figure désormais parmi les classiques de la littérature africaine. – Bianca


Atoubaa Letters est notre sélection commentée des artistes
à suivre, des livres et articles à lire et des albums à écouter.