Observations Intérieures

Observations Intérieures

Grandir en rêvant de s’enfuir ; le regard flottant Outre-Atlantique. S'échapper en Australie pour s’oublier. J’y passe mon temps avec Shariff, Nethmi, Djima, Souleyman, Maya*… Eux aussi ils ont fui, laissé leur famille derrière eux, déterminés à se reconstruire. Quoiqu'au Sri Lanka, au Sud-Soudan ou en Iran, il s’agissait d'échapper à l'annihilation. Un danger que la fange xénophobe du gouvernement australien semble déterminée à maintenir… en unisson avec le gouvernement français. 

Souleyman & Rayan, Melbourne, 2016

Souleyman & Rayan, Melbourne, 2016

Mais il faut déjà repartir puisque mon rêve d’été new-yorkais devient réalité. En arpentant les rues, j'aperçois cet homme qui marche sur ses mains, « comme dans un rêve ». Au fin fond de Brooklyn, le temps se fige sur cette ombre en fauteuil roulant. Nous sommes trois à attendre le bus dans un silence et une obscurité qui nous engloutissent. Quand les phares de la voiture percent l’horizon à la seconde exacte où des trombes d’eau submergent la route, l’homme en fauteuil ne bouge pas ; c’est « bonjour tristesse ».

125th, Harlem, 2016

125th, Harlem, 2016

Premiers pas, Bedford-Stuyvesant, 2016

Premiers pas, Bedford-Stuyvesant, 2016

Premiers pas, Bedford-Stuyvesant, 2016

Premiers pas, Bedford-Stuyvesant, 2016

Bonjour Tristesse, Redhooks, 2016

Bonjour Tristesse, Redhooks, 2016

Ce rêve, lui aussi j’y mets fin pour partir au Rwanda. Les premiers mois sont compliqués. Le regard de l’Autre me force à poser mon appareil. De cette expérience intense ressort un seul cliché, « Renaissance » : l’histoire du pays, l’histoire d’amour, l’histoire des réfugié(e)s du camp de Mahama et celle de chacun de nous.

A l’origine, je m'étais saisie de l’appareil comme d’un gouvernail que je ne touchais que pour vérifier qu’il était bien là. Finalement, l'été passe, mon geste devient moins complexé, plus doux.

Seule, Bedford-Stuyvesant, 2016

Seule, Bedford-Stuyvesant, 2016

Le voyage a du bon ; il me permet de me débarrasser de ce désir de fuir. J’ai pu exprimer là-bas, ce que je ne parvenais pas à dire ici. La démarche est parfois timide, souvent impulsive, toujours isolée. 

En observant les autres, je m’observe moi-même. 

La promenade, Kigali, 2017

La promenade, Kigali, 2017

En les photographiant, je m’assure de la sincérité de mon regard et de mes paroles. Pour l’instant, c’est tout ce qui importe.

 

*les noms ont été modifiés

Dans le Garage GUDIT

Dans le Garage GUDIT

La vie rêvée de Mala - Épisode 3

La vie rêvée de Mala - Épisode 3