mars

Atoubaa entame sa troisième année d’existence. L’occasion de nous recentrer sur nos ambitions initiales : documenter par la recherche, l’archive, la production artistique et la critique culturelle. N’ayant jamais été pensée comme une plateforme statique, nous aimerions vous proposer de nouvelles lettres, protéiformes, correspondant mieux au rythme d’un slow media comme le nôtre. Nos nouvelles Atoubaa Letters seront toujours le lieu de recommandations mais aussi de partage d’entrées de journaux de bord : ce qui nous inspire et nourrit nos propres pratiques artistiques. Aujourd’hui, Rhoda vous parle de ce qui a attiré son attention ces dernières semaines.


À VOIR


Hale County, jour après jour
“Vous avez le droit de rêver ou de vous endormir” c’est ce que nous proposait le photographe et réalisateur noir américain Khalik Allah avant la projection de son documentaire expérimental “Black Mother”. Cette proposition, je la retrouve aussi dans Hale County, jour après jour une oeuvre onirique qui s’intéresse autant aux habitants de ce comté, qu’à leurs rêves, leur communauté et aux environnements qui les font. Trois minutes d’allers-retours d’un enfant entre le couloir et le salon de chez lui, des silhouettes de jeunes filles chantant en choeur I’d rather go blind au milieu de la nuit, des paniers de basket dans les nuages... avec une proximité assumée, le réalisateur RaMell Ross dévoile dans son premier film documentaire, des bribes de moments de vie triviaux qui, mis ensemble, créent un nouveau langage visuel.

Nommé aux Oscars dans la catégorie meilleur documentaire Hale County, jour après jour est à voir jusqu’au 19 Avril sur Arte.


Black To Techno
Dans une précédente newsletter, nous avions déjà inscrit l’anglo-nigériane Jenn Nkiru dans notre liste d’artistes à suivre et nous avions raison. Sur l’année 2018 seulement, elle a prêté sa patte déjà reconnaissable aux clips vidéos, notamment le APESHIT du couple Carter, le Kong de Neneh Cherry et le méditatif Hub-Tones du saxophoniste Kamasi Washington. Dans le cadre du 30ème anniversaire du Second Summer of Love et en partenariat avec Frieze et Gucci, elle signe un nouveau court métrage sombre et captivant, retraçant l’histoire de la techno, de ses origines noires à Détroit aux clubs de Berlin.


This Instant : Dawoud Bey
Que se passe t-il quand on passe de la rue au studio ? Quand on enlève le signifiant social du lieu et qu’on ne conserve que le corps, la présence humaine, sur fond neutre ? Pendant 8 semaines en 1994, Dawoud Bey a essayé d’y répondre, en résidence dans deux établissements scolaires de Chicago : le lycée Providence St-Mel et le Columbia College. Celui qui se considérait jusqu'alors comme photographe de rue, découvre la caméra Polaroid 20x24 et se lance dans un projet de portraits géants explorant le pouvoir éducationnel de la photographie et bien plus encore. Il le rappelle : "Les musées du monde entier regorgent de portraits que des personnes fortunées ont commandé pour elles-mêmes, j'aime attirer la même attention sur des personnes ordinaires... Et en tant que communauté dont les images ont été largement stéréotypées et ridiculisées dans ce pays, j'aime particulièrement accorder cette attention aux Noirs."

Ce mois-ci je vous propose de voir le court métrage This Instant : Dawoud Bey documentant sa résidence d’artiste, réalisé en partenariat avec le Musée d’art contemporain de Chicago.


À EXPLORER


3 expositions et une restropective pour vous sortir de l’extrême homogénéité du milieu artistique parisien :

  • Expédition sur l’île oubliée de Malaga avec l’artiste pluridisciplinaire Theaster Gates au Palais de Tokyo jusqu’au 12 Mai.

  • Féminité noire et érotisme en compagnie de Ja'Tovia Gary pour sa première exposition Tactile Cosmologies à la galerie Frank Elbaz jusqu’au 23 Mars.

  • Inspirée de la thése Posing Modernity : The Black Model from Manet and Matisse to Today de la doctorante Denise Murell, l’exposition itinérante Le Modèle Noir : de Géricault à Matisse fait sa deuxième escale à Paris, du 26 Mars au 21 Juillet au Musée d’Orsay.

  • Nous couvrirons la 41e édition de Cinéma du Réel du 15 au 24 Mars et vous nous croiserez sûrement à la rétrospective du réalisateur noir américain Kevin Jerome Everson.


À OUVRIR


Atoubaa est née sur Internet. Le web a donc toujours été un espace que nous occupons et explorons en nous abreuvant d’images sur Tumblr, en retweetant des memes sur Twitter ou encore en se perdant dans les feeds d’artistes sur Instagram. Dans ce webmix, je vous invite entre autres à vous plonger dans les origines de la Négritude et dans une interview édifiante de 1986 du réalisateur panafricain Med Hondo, qui vient de nous quitter.

 
 
 
 
 
“Même quand il y a un noir derrière la caméra, la caméra peut fonctionner comme le regard blanc.”

SUR ATOUBAA


  • La vidéo, l’installation et la performance font partie du jeu qu’Helma crée pour elle-même et pour nous, auditeurs, spectateurs. Une approche généreuse et audacieuse qui a séduit Atoubaa.

  • Dans le dernier épisode de notre podcast Exhale, Marty & Adama s’interrogent sur le processus de deuil lorsque plusieurs paradigmes culturels s’entrechoquent en soi et autour soi. Comment prendre le temps de perdre un être cher quand notre quotidien ne nous laisse pas énormément de choix ?


Abonnez-vous pour recevoir Atoubaa Letters une fois par mois.